Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Parlement d'Aix ou Parlement de Provence est un parlement d'Ancien Régime mis en place à Aix en 1501, à la suite de l'union perpétuelle du comté de Provence au Royaume de France en 1487.

Le Parlement sera dissout en 1790 par la Révolution. Dans son "Histoire de Provence", éditée en 1956, le Docteur Fernand Clément, Majoral du Félibrige, en parle en rappelant sa fonction de répression contre les hérétiques à ses débuts, plus de 4000 victimes sous François 1er et Henri 2.

Cette fonction qui permettra de rédiger ce proverbe célèbre

"Mistral, Parlement et Durance
Sont les trois fléaux de la Provence !"
Aix, le Parlement de ProvenceAix, le Parlement de Provence

Puis, et c'est le plus important, il explique aussi, à l'approche de la Révolution de 1789, la nécessité de rédiger, de bâtir une constitution écrite et approuvée par la Nation. L'avocat Pascalis, Député du Tiers Etat, procureur du pays de Provence sous l'Ancien Régime, fut celui qui soutint qu'il suffisait de redonner à la Constitution Provençale, vieille de 3 siècles, toute sa force et toute sa beauté. On ne pouvait pas faire mieux à son idée.

Aix, le Parlement de ProvenceAix, le Parlement de Provence

Cette Constitution établissait un système représentatif du plus bas au plus haut du gouvernement. Chaque communauté est dirigée par un Conseil élu. Les 22 Vigueries, juridictions administratives, avaient leur assemblée élue.

Celles-ci comportaient le Clergé, la Noblesse et le Tiers Etat, celui-ci était la majorité des 37 communautés les plus importantes. Entre les réunions des assemblées, les Conseils et l'Assesseur d'Aix représentaient la Nation Provençale.

Mais les états n'étaient plus convoqués depuis 1639. Les ordres privilégiés (Noblesse et Clergé) ne payaient pas leur part des charges financières.

Les "Terres Adjacentes" qu'étaient Marseille, Arles, Fontvieille, Aureille, Salon, Les Baux, les Saintes Maries, n'étaient pas représentées au "Pays".

En 1789, les "Terres Adjacentes" supportaient 1/3 des impôts généraux et Marseille en faisait à elle seule les 2/3 de ce 1/3. C'est dire donc l'importance de ce Parlement jusqu'à ce que la Révolution vienne le détruire en 1790.

La Constitution fut violée par le pouvoir central, ceci fut démontré par Pascalis et Pélissane. Les Nobles et le Clergé œuvrèrent contre ces fidèles Provençaux.

Et ce sont les députés du Tiers Etat à l'Assemblée Nationale, le franc-maçon Mirabeau en particulier qui sacrifièrent cette Constitution séculaire en Août 1789.

La constitution des Départements, en Février 1790, signifiera la mort même du mot Provence dans les écrits administratifs d'où l'importance aujourd'hui du grand débat pour supprimer l'acronyme barbare de PACA en Provence.

Il faut donc aller visiter Aix en Provence et la Salle des Etats de Provence qui existe toujours dans ce qui est devenu aujourd'hui la salle du Conseil Municipal de la ville d'Aix en Provence.

C'est ce que j'ai fait cette semaine en amenant des visiteurs voir cette superbe ville et en passant par ce lieu historique si superbement décoré.

La salle est immense, et tous ses murs sont décorés de tableaux nombreux.

Aix, le Parlement de ProvenceAix, le Parlement de ProvenceAix, le Parlement de Provence
Aix, le Parlement de ProvenceAix, le Parlement de Provence

Un plan de la salle présente tous les tableaux accrochés.

Aix, le Parlement de Provence

La façade Nord comporte ainsi entre autres les tableaux de :

Palamède de Forbin, Dans l'histoire de la Provence, le personnage de Palamède de Forbin était important car, en tant que conseiller et chambellan de la maison d'Anjou, il persuada de léguer son comté à Louis XI. Le 15 janvier 1482, il établit le statut de l'union de la Provence au royaume de France devant les États qui sont réunis à Aix. Pour le royaume de France, la récupération des duchés de la maison d'Anjou paracheva tous les contrôles de la frontière méditerranéenne ainsi que celle de Bretagne. Jeanne 1er reine de sicile Le 22 mai 1382,

Jeanne Ière, reine de Jérusalem et de Sicile, du duché de Pouille et de la principauté de Capoue, comtesse de Provence et de Forcalquier, plus connue sous le nom de Reine Jeanne, périssait assassinée. Bien que mariée quatre fois, elle n’avait aucun successeur direct. Une lutte s'engagea dans laquelle la ville de Nice, opposée à la famille d'Anjou obtient son rattachement à la Savoie. La dédition de Nice à la Savoie est une charte du 28 septembre 1388 avec la création des « terres neuves de Provence » qui, en 1526, deviendront comté de Nice.

Mirabeau Honoré Gabriel Riqueti, comte de Mirabeau, fut simultanément ou successivement un révolutionnaire français, ainsi qu’un écrivain, diplomate, franc-maçon, journaliste et homme politique français. Surnommé « l'Orateur du peuple » et « la Torche de Provence », il reste le premier symbole de l’éloquence parlementaire en France. Pendant la Révolution, il participe également à la rédaction de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen (dont il écrit le Préambule), ce qui le popularise auprès du peuple.

Aix, le Parlement de ProvenceAix, le Parlement de Provence
Aix, le Parlement de ProvenceAix, le Parlement de ProvenceAix, le Parlement de Provence

La façade Est voit les tableaux de :

Alexandre de Fauris de Saint-Vincens était un magistrat, archéologue, numismate et homme politique français des XVIIIe et XIXe siècles. Estimé et respecté par la population d'Aix, il est emprisonné au commencement de la Révolution. Passionné par l'histoire d'Aix, il est un conservateur du patrimoine aixois, fortement menacé sous la Terreur. Il occupe la fonction de maire d'Aix-en-Provence de 1808 à 1809.

Jean-Baptiste de Boyer, marquis d’Argens, est un écrivain français. On considère que d’Argens a probablement été l’auteur du roman philosophico-pornographique Thérèse philosophe, ou mémoires pour servir à l’histoire du P. Dirrag et de Mlle Eradice.

Jean Joseph Pierre Pascalis est un avocat qui eut une influence locale importante au début de la Révolution française. Il avait été assesseur d'Aix et procureur du pays de Provence sous l'Ancien Régime. Il est élu député du tiers état.

Aix, le Parlement de ProvenceAix, le Parlement de Provence
Aix, le Parlement de ProvenceAix, le Parlement de ProvenceAix, le Parlement de Provence

La façade Sud, elle, comporte les représentations des héros suivants :

Guillaume du Vair Henri IV lui confie la présidence de la Cour de Justice souveraine à Marseille, puis le nomme premier président du Parlement de Provence. Occupant ces fonctions pendant 20 ans de 1596 à 1616, il concourt à pacifier cette province à l'origine ligueuse.

Charles-François Bouche est un historien de la Provence et un homme politique français, député aux États généraux de 1789.

Pauline de Simiane, Pauline Adhémar de Monteil de Grignan est la fille de Françoise de Sévigné, comtesse de Grignan, elle-même la fille de Mme de Sévigné. Pauline de Simiane joue un rôle important dans l'édition des lettres de sa grand-mère.

Aix, le Parlement de ProvenceAix, le Parlement de ProvenceAix, le Parlement de Provence
Aix, le Parlement de ProvenceAix, le Parlement de ProvenceAix, le Parlement de Provence

Et pour finir la façade Ouest permet de voir entre autre :

François Marius Granet est un peintre et dessinateur néoclassique français.

Jean-Baptiste van Loo est un peintre français né et élevé dans une dynastie de peintres d'origine néerlandaise.

Pierre Gassend, toujours connu sous le nom de Pierre Gassendi, né à Champtercier est un mathématicien, philosophe, théologien et astronome français. Il est réalisé en santon par Patrick Volpès de Champtercier

Aix, le Parlement de Provence
Aix, le Parlement de ProvenceAix, le Parlement de ProvenceAix, le Parlement de Provence

De cette salle et des couloirs qui y mènent, on peut voir la cour carrée intérieure et dans ces mêmes couloirs les plaques apposées en l'honneur des Troubaïres, ces écrivains Marseillais pour l'essentiel qui étaient opposés aux Félibres pour quelques questions d'écritures, de syntaxe, dispute qui disparaîtra avec la fin de leur journal principal, le "Cassaire".

50 ans plus tard, les Félibres apportaient leur hommage à cette réunion des Troubaïres de 1953 dans les murs d'Aix, un an avant la constitution des Félibres et la parution du premier "Armana Prouvençau".

C'est de ce Roumavagi de 1853 et de la déception de certains comme de son organisateur Jean Marie Gaut que naîtra cette mini scission entre les Troubaïres et les Félibres.

Aix, le Parlement de ProvenceAix, le Parlement de Provence
Aix, le Parlement de ProvenceAix, le Parlement de Provence
Tag(s) : #Ma Provence

Partager cet article

Repost 0