Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cette visite de la vieille ville de Hyères les Palmiers ne peut que confirmer la richesse et l'ancienneté de cette ville.

La présence de roches gravées, pierres à cupules (voir dans la visite), l'ancienneté de l'habitat sur cette colline est au moins dans la Préhistoire.

La présence celto-ligure sur cette colline est antérieure à l'arrivée des grecs. Les marins grecs venant de Marseille viennent fonder Obia (la bienheureuse) au 4ème siècle avant JC, comme toute la ligne de colonies fortifiées sur la côte dont Antibes, Nice. Cette citadelle fortifiée devait contrôler le passage entre la rade de Toulon et celle d'Hyères.

Après l'alliance de Massalia avec Rome en 124 avant JC, les celto-ligures sont défaits ; les romains vont occuper l'intérieure des terres en créant de grandes exploitations le long des voies Aurélienne et Domitienne.

La côte reste sous domination grecque.

En 49 avant JC, la chute de Massalia entraîne la romanisation d'Obia. Sa fonction défensive s'atténue et est remplacée par sa fonction agricole et portuaire.

La première apparition du nom d'Hyères se fait fin du 10ème siècle.

Au 11ème siècle, les sarrasins battus, ce sont les Comtes de Fos qui récupèrent Hyères et y font bâtir une première forteresse au 11ème siècle.

En 1257, Charles d'Anjou fait d'Hyères sa ville comtale, et pour affirmer son pouvoir, il y fait bâtir un château. La première enceinte de murailles, 9 tours et 5 portes est construite.

Ce 13ème siècle voit se construire l'Abbaye de St Pierre et l'Abbaye de St Louis suite au débarquement du Roi St Louis sur les côtes d'Hyères à son retour de croisade.

La population s'installant autour des abbayes, il est nécessaire de faire une deuxième enceinte dès le début du 13ème siècle et une autre fin du 13ème quand Hyères devient la 8ème ville de Provence par son importance.

Au 16ème siècle, lors des guerres de religion, Hyères reste fidèle au Roi. Sa fonction maritime va alors décroître fortement au bénéfice de Toulon et la ville va rester dans ses remparts jusqu'au 19ème siècle.

Les guerres entre la France et Charles Quint vont amener Richelieu à faire fortifier les Iles de Porquerolles et Port Cros. Hyères est dans l'oubli mais se réveille en devenant la première station climatique de France en 1780.

La ville se transforme alors avec la création de nouveaux quartiers, des hôtels de luxe, des jardins et des plantations de palmiers en nombre.

Le casino arrive en 1903, puis la création et construction de la villa Noailles en 1920 permet la venue de nombreux peintres, écrivains, venues qui lui donne cette renommée de tourisme et de douceur qui perdure.

Les points principaux de cette balade sont sur ce plan.

Hyères, vieille ville.

La villa Gandarillas (Château St Pierre) est construite par une riche vicomtesse, propriétaire d'une partie des ruines de l'ancien Château et elle la fait construire dans un style néo-roman. Cette visite ne m'a pas permis d'y aller.

Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.

Dans une partie de la Rue St Pierre, le sol est fait d'une dalle à cupules, de l'époque néolithique, les cupules sont des creux faits par l'homme et qui servent d'écuelles. Des inscriptions sont visibles, et pour une fois, pas des tags…!!

Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.

La rue St Pierre est la limite de la première enceinte. C'est une superbe calade. Elle est appuyée sur une partie des restes de l'église de l'Abbaye Saint-Pierre de l'Almanarre, fondée en 989. Les ruines ont fait l'objet de fouilles. Pas visitée pendant cette balade.

Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.
Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.

Le Castel St Pierre est une des rares maisons construites au 19ème à l'intérieur des remparts. Elle a été bâtie en 1848 par le découvreur de la Vénus de Milo. Cette construction a été faite là où se trouvait le couvent des Clarisses en charge de l'éducation des jeunes filles. Le Jardin qui l'entoure est très riche en espèces différentes et rares.

Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.
Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.
Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.
Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.

La rue St Claire voit la présence de la porte des Princes qui a été faite par un particulier début du 20ème.

Hyères, vieille ville.

Le Parc St Bernard de plus de 4 hectares est aux pieds de la villa Noailles, jardin botanique voulu par celui-ci.

Hyères, vieille ville.

L'église St Louis, bâtie au 13ème siècle est d'abord la chapelle du couvent des Cordeliers. Les bâtiments du couvent sont remplacés par des bâtisses du 19ème. Eglise pas visitée lors de cette balade.

Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.

L'école Michelet, construite en 1885 se veut le signe de l'école républicaine pour tous en matériaux simples et industriels, piliers en fonte, murs en briques, décors en céramiques bleues.

Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.

La porte Barruc fait partie de celles voulues par Charles d'Anjou sur la seconde enceinte. Elle comporte encore toutes les traces de sa technique, herse, assommoir, feuillures pour les vantaux.

Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.
Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.

La rue de la Barbacane est située entre la Porte St Paul et la Porte Barruc et suit exactement le tracé de la première enceinte.

Hyères, vieille ville.

La collégiale St Paul date de 1182. Elle a été modifiée plusieurs fois. Non visitable à cause des travaux de sauvegarde.

Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.
Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.

La Porte St Paul fait, elle aussi, partie des portes ouvertes par Charles d'Anjou au 13ème siècle. Elle a été prolongée d'une voûte à arcades au 16ème siècle pour supporter une maison avec tourelle d'angle.

Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.
Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.

Entre la rue du Repos et la rue du Cimetière, un lavoir a été érigé en 1880 pour faire disparaître les lavoirs publics qui se situaient dans la partie de la ville où sont construits les hôtels et les villas pour les riches curistes. La pauvreté doit toujours être cachée aux yeux des riches…c'est si insupportable… Le lavoir est construit sur l'ancien cimetière, d'où les noms des rues qui l'enserrent. En cours de restauration lors de cette balade.

Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.
Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.
Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.

La tour St Blaise, seul vestige restant de l'ancienne commanderie des Templiers. Ceux-ci avaient, au 12ème siècle, une immense propriété agricole et cette tour avait une fonction religieuse et de défense. Pas visitée lors de cette balade.

Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.

La Porte Fenouillet est bâtie sur la troisième enceinte.

Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.

La rue des Porches n'est pas médiévale. Elle était l'espace libre entre ville et remparts, d'où la présence de meurtrières. Les voûtes et porches sont les extensions des maisons construites sur l'ancienne enceinte. Ces extensions faites au 18ème siècle ont permis de grandement accroître les surfaces des immeubles.

Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.
Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.

La Porte Massillon est construite, elle aussi, sur la dernière enceinte. Elle était entourée de 2 tours, il en subsiste une transformée en logement. On peut y voir encore archère, bossage.

Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.

Le Palais Lutétia, Hôtel des Ambassadeurs, est un bâtiment reconstruit en 1863, architecture Napoléon III.

Hyères, vieille ville.

Le Casino est visible avec son extension en verrière de tous les points de vue de la ville. Il a été construit en 1902. Après une période d'étiolement, la construction d'un auditorium en 1991 de 630 places surplombé de cette verrière a permis de le refaire vivre.

Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.

La Tour Portalet est un élément défensif de la troisième enceinte. Elle a une petite porte à côté d'où le nom de Portalet. Cette tour sert d'observatoire astronomique en 1787. En 1862 une partie du rempart et la petite porte sont détruits pour faire la place du Portalet. La tour est conservée, avec ses archères.

Hyères, vieille ville.

En continuant à monter après la villa Noailles et la rue St Pierre, on longe les murs de la première enceinte, relativement bien conservés pour atteindre les défenses et le chemin pour monter au château.

Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.
Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.
Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.

Le Château fait l'objet d'un autre papier à voir là :

http://l-estrangie-e-li-santoun.over-blog.com/2015/08/hyeres-le-chateau.html

Au fil de cette balade, les vieilles rues se donnent à voir

Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.
Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.
Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.Hyères, vieille ville.
Hyères, vieille ville.
Hyères, vieille ville.
Hyères, vieille ville.
Hyères, vieille ville.
Hyères, vieille ville.
Hyères, vieille ville.
Hyères, vieille ville.
Hyères, vieille ville.
Hyères, vieille ville.
Tag(s) : #Ma Provence

Partager cet article

Repost 0