Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Après avoir visité le Palais du Roure en tant que tel, voir ici :

http://l-estrangie-e-li-santoun.over-blog.com/2015/09/avignon-palais-du-roure-1-2.html http://l-estrangie-e-li-santoun.over-blog.com/2015/09/avignon-palais-du-roure-2-2.html

Expo Jean-Henri Fabre au Palis du Roure

La salle Marcel Bosqui, Professeur de Mathématiques, de Provençal et musicien émérite, est dédiée à cette exposition autour de l'aspect de la vie de Provençal de Jean-Henri Fabre.

En effet, Fabre fut professeur et résida une bonne vingtaine d'années à Avignon.

Avignon, Jean Henri Fabre Palais du Roure

L'exposition est déclinée en vitrines mais aussi quelques objets hors vitrines.

En particulier une carte qui présente les lieux où est passé, où a vécu, où a cherché Jean-Henri Fabre pendant son séjour.

Une carte présente cela avec les explications et en particulier le Plateau des Angles et le Bois des Issards que Fabre décrit pour dire où il faisait nombre de ses observations et recherches d'entomologiste.

Des Bustes et Portraits dont un Buste de John Stuart Mill, philosophe écossais, résidant sur Avignon et qui herborisait avec Fabre.

Les photos dans les vitrines sont très difficiles à réaliser à cause de l'éclairage, je ne peux que donner quelques exemples sur ceux que je pouvais entrevoir avec une qualité photographique suffisamment passable.

Avignon, Jean Henri Fabre Palais du RoureAvignon, Jean Henri Fabre Palais du RoureAvignon, Jean Henri Fabre Palais du Roure
Avignon, Jean Henri Fabre Palais du RoureAvignon, Jean Henri Fabre Palais du Roure

La vitrine n°1 est consacrée aux origines et à la carrière de Jean-Henri Fabre. Un santon réalisé par Fouque, l'original de sa thèse, la première édition de son livre sur les merveilles de l'instinct chez les insectes, entre autres pièces de cette vitrine.

Avignon, Jean Henri Fabre Palais du RoureAvignon, Jean Henri Fabre Palais du RoureAvignon, Jean Henri Fabre Palais du Roure

La vitrine n°2 est consacrée à l'aspect pédagogue, illustrateur et père de famille de Jean-Henri Fabre. Entre autres, on y trouve ce livre de botanique à son fils encore réédité en 2001. Ses ouvrages scolaires de Chimie. Son livre sur les champignons encore réédités aujourd'hui.

Avignon, Jean Henri Fabre Palais du RoureAvignon, Jean Henri Fabre Palais du RoureAvignon, Jean Henri Fabre Palais du Roure

La vitrine n°3 est dédiée à la vie Avignonnaise de Fabre et en particulier à ses nombreux passages à la Librairie de Roumanille, Rue Agricol pour y rencontrer l'imprimeur mais aussi les félibres.

Avignon, Jean Henri Fabre Palais du Roure

La vitrine n°4 est réservée aux rencontres en Avignon. Celle avec Pasteur pour soigner les vers à soie, celle avec John Stuart Mill, mais en photos ici, celle avec Jules Pernod, tous les deux mettant en commun leurs recherches de chimistes sur la teinture de garance.

En 1870, la synthèse de l'alizarine rend leurs recherches inutiles. Fabre se tourne sur d'autres choses et Pernod vers l'Absinthe ce qui permettra à son successeur, son fils d'inventer le Pastis. Cette société sera ensuite le fruit d'une longue procédure juridique et de fusion entre la société Pernod née à Pontarlier qui crée un Pastis en 1928 alors que le pastis est déposé par Pernod Avignon depuis 1918.

Une autre très longue histoire à raconter, mais les doubistes et franc-comtois qui voudraient s'approprier le pastis né au Pays des Calanques devraient faire un peu moins de tapage.

Avignon, Jean Henri Fabre Palais du RoureAvignon, Jean Henri Fabre Palais du Roure
Avignon, Jean Henri Fabre Palais du RoureAvignon, Jean Henri Fabre Palais du Roure

La vitrine n°5 est consacrée à Jeanne de Flandreysy qui s'intéresse à Jean-Henri Fabre, bien avant d'acheter le Palais du Roure. Une photo prémonitoire de 1910 montre trois personnages (à droite) que sont Mme de Flandreysy, Fabre et de Baroncelli.

Avignon, Jean Henri Fabre Palais du Roure

La vitrine n°6 est dédiée à la quête reliquaire et documentaire de Mme de Flandreysy au sujet de Fabre. La clochette offerte par Fabre et son certificat et la photo de la main de Fabre certifiée par lui-même.

Avignon, Jean Henri Fabre Palais du RoureAvignon, Jean Henri Fabre Palais du Roure

La vitrine n°7 est réservée à un aspect insuffisamment connu, celui de Fabre Poète Provençal. Il produit peu car il est tout axé sur l'écriture des études qui le passionnent et pourtant, son premier livre acheté fut un recueil de poèmes de Jean Reboul au prix de la privation de nourritures.

Il sera publié régulièrement à partir de 1891 dans l'Armana Prouvençau et l'Armana du Ventour. Il publie sous le pseudo de Félibre di Tavan, c'est-à-dire le Félibre des Hannetons.

Ses premiers écrits publiés seront :

- La Luseto dóu Paradis, la Hoplie et non le ver à soie. 
- La Cacalauso, l'escargot. 
- A moun Chin, à mon chien.

Tous ces écrits tournent autour de ce qu'il étudie

Avignon, Jean Henri Fabre Palais du RoureAvignon, Jean Henri Fabre Palais du Roure
Avignon, Jean Henri Fabre Palais du RoureAvignon, Jean Henri Fabre Palais du RoureAvignon, Jean Henri Fabre Palais du Roure

Entre autres pièces, son livre en français de poésies provençales, une enveloppe d'un courrier de Mme Roumanille et une lettre de Louis Charasse, instituteur de Sérignan qui va aider Fabre à affiner son Provençal alors qu'il a pour origine le Rouergue.

Avignon, Jean Henri Fabre Palais du Roure
Avignon, Jean Henri Fabre Palais du Roure
Avignon, Jean Henri Fabre Palais du Roure

La vitrine n°8 est consacrée à ses contacts avec la Renaissance Provençale des Félibres. Lettres avec Mme Roumanille qui demande des contributions pour l'Armana, Portait de Roumanille et photo de l'intérieur de la librairie de Roumanille.

Avignon, Jean Henri Fabre Palais du RoureAvignon, Jean Henri Fabre Palais du Roure
Avignon, Jean Henri Fabre Palais du RoureAvignon, Jean Henri Fabre Palais du Roure

La vitrine n°9 est dédiée aux écrits du Félibre du Tavan dans les Armana qui seront réunis en un recueil des Oubreto publié en 1929.

Avignon, Jean Henri Fabre Palais du RoureAvignon, Jean Henri Fabre Palais du RoureAvignon, Jean Henri Fabre Palais du Roure

La vitrine n°11 (il n'y a pas de vitrine 10) est réservée aux hommages aussi tardifs ont-ils été. Des articles de presse, y compris italiens, demandent le prix Nobel pour Fabre.

Des artistes et poètes provençaux accueillent Raymond Poincaré en visite en 1913 avec un fascicule démontrant la richesse des œuvres de Mistral et Fabre, et leur reconnaissance. Fabre est dédaigné par ses collègues enseignants.

Il n'en sera pas moins décoré de la Légion d'Honneur en 1868, membre de l'Institut en 1887, professeur de nombreuses Académies et Sociétés entomologiques mondiales.

Il aura son Jubilé national en 1910, sera fait Majoral du félibrige en 1909 et ses écrits sont encore unanimement étudiés en Russie, au Japon, aux Etats-Unis.

Avignon, Jean Henri Fabre Palais du RoureAvignon, Jean Henri Fabre Palais du Roure

La vitrine n°12 est consacrée aux hommages posthumes comme des lettres timbres, des CD Audio en multiples langues

Avignon, Jean Henri Fabre Palais du RoureAvignon, Jean Henri Fabre Palais du Roure

La vitrine n°13 est celle des portraits dont un santon créé par Simone Jouglas en 1950.

Avignon, Jean Henri Fabre Palais du Roure

La dernière vitrine est celle de la création du monument Jean-Henri Fabre en 1914, maquette de 1913 qui sera installée dans l'Ecole Normale puis déplacée dans une école primaire.

Avignon, Jean Henri Fabre Palais du Roure
Tag(s) : #Ma Provence

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :