Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'association "L'Astrado Prouvençalo" vient d'avoir 50 ans.

Cours de provençal par correspondance de l'Astrado prouvençalo.

L'Astrado prouvençalo ("la destinée provençale"), association fondée en 1965 par l'écrivain et enseignant Louis Bayle, a pour objectif principal d'éditer des livres concernant la langue et la littérature provençale, ainsi que d'organiser des cours de provençal par correspondance.

Depuis 50 ans, cette association fait œuvre de défense de la langue Provençale.

Elle a publié des dizaines de livres dont ceux-ci par exemple :

- 41 Chansons de Brassens traduites par Paul Peire. Ce sont ces traductions qu'utilise André Chiron pour ses concerts.

http://l-estrangie-e-li-santoun.over-blog.com/2015/04/concert-andre-chiron-a-la-bedoule.html

L'Astrado Prouvençalo, 50 ans de balisage pour la Provence

- Un superbe roman de Maurice Raimbault, Agathe, première réédition depuis 1893.

L'Astrado Prouvençalo, 50 ans de balisage pour la Provence

Le meilleur livre sur les conjugaisons de Robert Nouvion.

L'Astrado Prouvençalo, 50 ans de balisage pour la Provence

- Le Chant Treize rédigé par Louis Scotto, hommage à Mistral et à Mireio, Louis Scotto, lui aussi défenseur de la langue Provençale, responsable de l'Union Provençale qui appelle avec le Collectif Provence à manifester à Arles le 24 Octobre et sûrement pas à Montpellier.

L'Astrado Prouvençalo, 50 ans de balisage pour la Provence

L'Astrado a donc décidé de publier ce numéro 50 comme un point de repère, un balisage pour la défense de la langue provençale avec moult auteurs différents comme Louis Scotto, Prix Mistral 2014, Rémi Venture, Majoral du Félibrige, Jean Pierre Tennevin, professeur de provençal à l'Ecole Normale d'Aix et Majoral du Félibrige, Michel Courty, Président de l'Astrado, Bernard Deschamps, Président des Fédération des associations Parlaren de Vaucluse, Mireille Couston, écrivain, et bien d'autres…

Et en particulier, un texte de Philippe Blanchet, professeur de sociolinguistique et didactique des langues, Grand Prix Littéraire de Provence 2001 : "L'Astrado prouvençalo dins un vido d'ome", "La destinée Provençale dans une vie d'homme".

Ce texte de Philippe Blanchet relate sa vie quasi parallèle à celle de cette revue puisqu'il avait 4 ans quand parut le premier numéro de la revue.

L'histoire relatée est superbe de cet enfant qui passe ses vacances entre ses grands-mères de Marseille et Sanary, qui parlent provençal et ses parents qui ne le parlent pas ou guère. Il se jette dans la lecture, son premier livre est "Lis Oulivado" de Frédéric Mistral.

A la lecture de "Au Pople Nostre" qu'il faisait assis dans un olivier, il s'en cassait la figure à terre tellement il était pris par cette lecture.

Voir aparté de ce texte en fin de reportage.

C'est en 1982 qu'il adhère à L'Astrado, et ne la quitte plus. Il prend des responsabilités au fur et à mesure et, entre autres, celle de professeur de Provençal par correspondance, cette grosse activité de l'Astrado.

Mais en plus de ce travail d'enseignant, il va assumer aussi celui d'éditeur de l'Astrado et un éditeur riche en succès puisque les deux derniers prix Mistral ont été édités par lui. Il a mis en œuvre aussi les éditions pour enfants.

Une édition qui publie autant d'écrivains connus que des écrivains nouveaux. Il participe aussi à l'écriture et la diffusion des Fascicules que l'Astrado Prouvençalo diffuse chaque trimestre. Il explique ensuite dans ce texte la longue histoire du viol de la Provence par l'Etat Français, dominateur, non respectueux de l'accord de 1486 sur la Constitution Provençale, constitution qui stipule "l'alliance d'un principal à un autre principal et aucunement subalterné".

C'est ainsi que la Provence veut résister au rouleau compresseur Franchimand qui veut effacer la culture provençale au nom de la supériorité de la culture du Nord.

Et il conclut qu'en 2015, dans le reste du peuple provençal éparpillé, amoindri, sali et outragé, nous sommes encore quelques-uns à résister, à se rebeller face à l'usurpateur, essayant de se défendre.

Nous devons aller ensemble le plus possible, sans rien renier de nos convictions, avec pour seule ambition de bâtir des tas de pierres solides.

Nous devons être plus, chacun doit y croire plus et ne pas caler.

Ce numéro 50 est superbe.

L'Astrado Prouvençalo, 50 ans de balisage pour la Provence

Mais le plus important, c'est le signal pris et affiché par cette revue en page 4. Clair et précis, cet avertissement est rituel lorsqu'il explique que tous les droits sont réservés sur les textes inédits publiés.

Mais cerise, sur le gâteau, il est clairement précisé que toute traduction en graphie dite occitane-classique-normalisée est interdite.

L'Astrado Prouvençalo, 50 ans de balisage pour la Provence

A tous ceux et toutes celles qui ne veulent pas de "garrouio", de querelles avec les occitans, voilà une position qui est claire.

Il n'y a pas de possibilités de niveler les revendications provençales par le bas. La seule langue régionale qui a réussi à avoir un prix Nobel est le provençal.

Cette langue est le Provençal Mistralien et rien d'autre. Le 24 Octobre, la seule manifestation qui compte est celle d'Arles pour :

- la sauvegarde de la langue provençale - la défense des traditions et de la culture provençale - le maintien des enseignements

Il n'y a aucun accord possible avec la manifestation de Montpellier qui ne veut qu'une chose, la reconnaissance d'un occitan uniformisant.

Accepter ce diktat, c'est passer de l'uniformisation par le français à l'uniformisation par l'occitan. Le 24 Octobre, nous serons nombreux à Arles.

De nombreux groupes Parlaren ont déjà annoncé leur venue, les jeunes de l'Union Provençale, le Collectif Provence, l'Astrado, de nombreuses école du félibrige, les associations Gardianes, la Reine d'Arles, le groupe Crous e Pielo, des majouraux importants…

L'Astrado Prouvençalo, 50 ans de balisage pour la Provence

Aparté :

C'est ce même texte mis en musique par les jeunes musiciens des Vallées Italiennes de langue provençale, le groupe Lhi Jari qui a été interdit sur Youtube comme avait été interdit par l'Espagne Franquiste, l'Estaca, cette superbe chanson de Lluis Llach. Lhi Jari :

https://www.youtube.com/watch?v=VxgFVm2e-LA Lluis Llach

https://www.youtube.com/watch?v=aX4eZ1fpYwA

Cette dernière chanson est aussi interprétée en Provençal tant par André Chiron que par Jean-Bernard Plantevin.

Tag(s) : #Défense de la Provence

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :