Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ma visite au salon des santonniers de Tarascon…

http://l-estrangie-e-li-santoun.over-blog.com/2015/12/tarascon-marche-aux-santons-2015.html

…m'a fait découvrir, chez la Santonnière Beaumond Vouriot, un petit décor qui représente un melon vert qui se pend dans la crèche de Noël.

La santonnière m'a expliqué qu'il s'agit du melon Verdau, un des éléments des 13 desserts

Les treize desserts, ou calenos, seraient d’origine marseillaise et paraissent inconnus avant le début du XIXème siècle.

Selon les « Mémoires » de Frédéric Mistral : le soir de Noël les desserts étaient nombreux, mais il ne précise pas le chiffre treize.

Ils sont cités en 1683 dans le livre Explication des usages et coutumes des Marseillais. Seul est précisé l'usage des trois nappes blanches qui recouvrent la table sur laquelle sont disposés treize pains, les douze petits représentant les apôtres et le plus grand le Christ.

La première mention des treize desserts n'apparaît qu'en 1925. Dans un numéro spécial de Noël du journal La Pignato. Les desserts sont réels dans la culture méditerranéenne. Ils existent chez les Juifs lors du Roch Hachana où se mangent figues, amandes, raisins et turrado (nougat).

Plus que la symbolique du nombre 13, qui leur a forgé leur identité provençale, les desserts du gros souper se rattachent à une tradition d'opulence commune à d'autres sociétés méditerranéennes.

Chez les Grecs d'Égypte, lors du changement d'année, sont offerts des amandes, des noisettes, des noix, des pruneaux et des châtaignes.

En Catalogne on célèbre Noël dans l'abondance avec touron, fruits secs, pâtisseries à base de pâte d'amande, de miel et d'épices.

Mais c'est là que doivent s'arrêter les règles strictes édictées par les puristes des 13 desserts.

Je pensais réellement, à l'écoute des Provençaux de ma connaissance, qu'une vraie tradition très ancienne existait.

La seule tradition ancienne qui existe, ce sont les desserts pris en commun à Noël faits de fruits secs, de gâteaux régionaux, de fruits, de fruits confits.

Dans cette dictature des listes exactes, il en est une qui est assez amusante, c'est celle d'Aix en Provence qui dans les faits a été réalisée par quatre associations dont deux sont professionnelles sous prétexte de "valider une liste qui désormais fait foi et doit contribuer à éviter des erreurs et autres aberrations".

En fait, une garantie, celle de défendre les produits de ces associations professionnelles sous prétexte du "bien pensant" ou du "bien faisant".

Proposée par les pâtissiers de la Coupo Santo, l'association Fouque, l'escolo Felibrenco Li venturié et l'Union des Calissonniers d'Aix en Provence.

1 - Les dattes 
2 - La pompe à l'huile 
3 - Le nougat blanc 
4 - Le nougat noir 
5 - Les amandes 
6 - Les figues 
7 - Les raisins secs 
8 - Les noix (ou les noisettes) 
9 - Les calissons d'Aix en Provence 
10 - La pâte de coing 
11 - Le raisin blanc 
12 - Le melon de Noël (Verdau) 
13 - Les oranges (ou les mandarines)

De même, la liste du musée des Arts et Traditions populaires du terroir marseillais de Château Gombert n'est qu'indicative.

http://www.gombertois.fr/chateau-gombert_le_musee.html

Photos du WebPhotos du WebPhotos du Web

Photos du Web

On arrive à recenser jusqu'à 55 desserts reconnus selon les régions.

Les 4 mendiants : ce sont les fruits secs traditionnellement servis qui représentent les ordres monastiques : Les noisettes évoquent par leur couleur celle de la robe des Augustins, les figues sèches celle des Franciscains, les amandes celle des Carmes, les raisins secs celle des Dominicains.

Les dattes : symboles du christ venu d’Orient

Les nougats blanc et noir

La pompe à huile (fougasse à l’huile) que l’on doit rompre et surtout ne pas couper au couteau

Les fruits confits Les oreillettes (biscuits frits parfumés à l’eau de fleur d’oranger) La pâte de coing

La tarte à la courge ou aux pommes

Les calissons

Et de nos jours, bien souvent, les chocolats…

Les fruits frais sont des symboles de renaissance : ils font référence à une tradition païenne, la fête du solstice d’hiver : mandarines, oranges, poires et melon vert olive d’hiver.

C'est ce melon Verdau qui m'a intéressé. Il est aussi appelé aussi Melon Vert Olive d'hiver (Le verdau ) C'est une variété à chair blanche très sucrée.

C'est une espèce plantée en juin qui donne des fruits en août/septembre. Les fruits sont gros et peuvent se conserver dans une cave sur de la paille ou des grains jusqu'à Noël. Ou au grenier, suspendu dans un filet.

Photos du WebPhotos du Web

Photos du Web

Ce melon réalisé par la Santonnière Beaumond Vouriot est dans son filet de paille qui permettait de le pendre au grenier ou à la cave où il pouvait attendre Noël en se séchant quelque peu, donc en concentrant encore plus ces sucres naturels, pour en faire un fruit quasi confit.

Il était de coutume, dit-on, outre bien sûr d'en manger au repas des 13 desserts, d'en mettre un pendu dans la crèche de l'église pour apporter du sucre au Petit Jésus.

Cette pièce réalisée en terre cuite me permettra donc de pendre ce melon Verdau dans la crèche.

Les treize desserts de NoëlLes treize desserts de Noël
Tag(s) : #Santon et Santonnier

Partager cet article

Repost 0