Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les "Coumpagnon de Gèmo" seront à Roquefort la Bédoule le 30 Janvier, salle Malraux, pour réaliser une représentation de la Pastorale écrite par Henri Mouroux.

J'avais déjà pu la voir et le relater ici en début d'année 2015.

Mais cette année, les efforts des "Coumpagnoun de Gèmo", la modification de quelques éléments de la troupe, une amélioration de la connaissance du texte devrait permettre d'avoir une représentation fabuleuse.

La Pastorale Provençale est un rite dont l'origine date du début du 19ème siècle. C'est une pièce de la nativité parlée et chantée au moment de Noël. Elle doit sa naissance à la volonté de certains prêtres qui souhaitaient donner aux messes de Minuit de Noël un aspect théâtral, festif, qui s'inscrivent dans la lignée des " Mystères " du Moyen-Âge, ou pour réaliser les mêmes principes que les crèches vivantes de Saint François d'Assise de son Ombrie natale…

Nous sommes à cette époque dans le plein développement des crèches de santons et non de Santibelli, et ces pastorales qui permettent de confirmer la "naissance de Jésus en Provence", qui permettent de réécrire l'histoire de la Nativité en la faisant se réaliser avec les habitants caractéristiques du village provençal, cette Pastorale lie la population avec son clergé et, en plus de distraction familiale, permet de faire de ce moment empli de solennité un moment de sourire, de rire et de plaisir.

La plus connue des Pastorales est celle d'Antoine Maurel, ouvrier miroitier, qui l'a écrite à la demande de l'Abbé Julien.

Toutes les Pastorales sont des représentations théâtrales, ou des opérettes, qui tournent autour de la célébration de la Nativité, qui évoquent le voyage et l'arrivée des bergers (pastres en provençal d'où le nom de " Pastorale "), vers l'étable de Bethléem, et qui vont inclure à ce voyage des habitants, de caractères spécifiques et rituels des pays de Provence.

D'abord uniquement jouées lors des messes de minuit, les pastorales sont aujourd'hui sorties du contexte liturgique pour rejoindre les salles de théâtre. Elles sont habituellement données depuis le lendemain de Noël jusqu'à la Chandeleur (2 février).

Ces Pastorales sont accompagnées de mélodies populaires, des noëls dont les paroles changent selon les Pastorales, souvent issus des Noëls écrits et chantés depuis le 16ème siècle par Nicolas Saboly par exemple.

Nicola Saboli par Jo la SantonnièreNicola Saboli par Jo la SantonnièreNicola Saboli par Jo la Santonnière

Nicola Saboli par Jo la Santonnière

Voici deux chansons de Nicola Saboli interprétées par Jean Bernard Plantevin

JB Plantevin La cambo me fai mau (N.Saboly 1699)

JB Plantevin Pastre di mountagno (N.Saboly 1673)

Il est possible de recenser plus de 250 versions de Pastorales en Provence, depuis celle écrite par Antoine Maurel en 1844 jusqu'à celle écrites encore au 21ème siècle comme celles de "Lou camin de la vido" de Lo Cepon de Vence en 2000, ou "La pastorale de l'an 2000" de Pierre Pessemesse écrite en 2002.

Les plus connues et les plus jouées restent de toute évidence la Pastorale Maurel, écrite et jouée en Provençal uniquement, et qui possède des compagnies et des théâtres qui lui sont dédiés comme à Allauch par exemple. Pastorale que je vais voir chaque année avec plaisir tant elle est puissante, Pastorale que j'ai pu conter ici :

C'est donc une tradition bien vivante, qu'il faut faire vivre et que "Lei Coumpagnoun de Gèmo" la fassent vivre dans notre village est une bonne chose.

Les Pastorales très connues aussi sont :

- La "Pastorale des enfants de Provence" de Guy Bonnet écrite en 1990

Voici deux chants interprétés par Guy Bonnet

G Bonnet : Alègre ! Alègre !

- La "Pastorale des santons de Provence" écrite en 1960 par Yvan Audouard, écrivain, et aussi connu pour ces bulletins dans le "Canard Enchaîné".

Elle est en français. Marcel Pagnol écrivait au sujet de cette pastorale : "La Pastorale, ce n’est pas un texte vénérable et figé pour l’éternité : c’est un canevas qu’il est permis de remodeler chaque année, selon l’humeur et la couleur du temps. La nouvelle version d’Yvan Audouard… n’est donc pas un sacrilège ; il est resté au contraire dans la vraie tradition."

On peut l'entendre ici contée par Michel Galabru :

- La Pastorale "La neissenço dóu Christ / La naissance du Christ" de Jean-François Audibert écrite en 1896.

Elle est en français, elle est jouée sans interruption depuis 70 ans au Théâtre du Lacydon au panier de Marseille. Mais surtout, elle est jouée depuis 1909 par la Joyeuse Union Don Bosco des anciens d'Oran.

http://gloria.tv/media/bxaq8ADHGSU

Cette Pastorale Audibert est une Pastorale écrite par un Salésien, c'est-à-dire un religieux de la Société de Saint François de Sales, un institut religieux de droit pontifical.

Cette Pastorale comprend donc un aspect de simplification entre le bien et le mal, le Prophète est présent, le Diable aussi…

La Pastorale de Mouroux est aussi écrite en 1955/1956 par un salésien de Don Bosco de St Cyr.

Le livret a été abandonné puis retrouvé par Mme Denise Billot, présidente des "Coumpagnoun de Gèmo".

Elle fait alors appel à Mme Isabelle Descours pour en réaliser la mise en scène. Celle-ci, ancienne élève de Don Bosco, toujours liée à ce mouvement religieux par des relations profondes ne veut pas en faire la mise en scène sans en faire une adaptation pour la moderniser.

Il faut d'abord retrouver les musiques des chants qui sont mentionnés et dont le livret ne contient que les paroles. L'interrogation d'anciens qui ont pu connaître ces paroles ou qui ont pu voir cette pastorale a permis de retrouver des musiques libres de droit qui seront utilisées.

La Pastorale originelle est très manichéenne, un prophète en haillons représente la droitesse qui tente de remettre le Boumian dans le droit chemin alors que le diable le mène toujours.

La Metteuse en scène va d'abord sabrer certains passages longs, elle va supprimer ce prophète pour lui donner plus de naturel en le remplaçant par la "vieille aux fagots", plus proche des personnages provençaux, et en plus une actrice superbe au provençal si beau.

Elle va mettre en place le curé qui intervient à plusieurs moments pour expliquer en français ce qui va se passer en provençal, ensuite pour maintenir l'attention du spectateur qui n'est pas au fait de cette langue.

Et puis, elle va imposer un Maire qui parle le français, certes mâtiné d'expressions provençales, mais qui ressemble plus à cette Provence à laquelle la France impose l'interdiction d'utiliser sa langue en cette fin de 19ème, début du 20ème siècle.

L'instituteur Joseph Pagnol n'interdisait il pas à son fils Marcel d'apprendre le Provençal en bon instituteur républicain qu'il était.

Déjà en 2013, Le Journal Prouvènço d'Aro en disait le plus grand bien.

Pastorale Provençale à Roquefort la BédoulePastorale Provençale à Roquefort la Bédoule

Les "Coumpagnoun de Gèmo" jouent cette pièce depuis plusieurs années, ce Noël dernier a été la première où la pièce a été jouée en son entier.

Cette année, la metteuse en scène sent sa troupe prête à jouer un chef d'œuvre et ce sera dans notre village.

Elle organise aussi pour cette troupe les représentations des Contes de l'Avent que j'ai présenté ici :

http://l-estrangie-e-li-santoun.over-blog.com/2015/11/theatre-24-contes-pour-l-avent.html

On devrait avoir aussi une pièce à la Feydau mais réécrite par la metteuse en scène avec le parler Marseillais pour la faire proche de notre région et non pas aussi insipide que celles que j'ai pu voir jouer ici ou là dans notre village et très récemment encore.

Tag(s) : #Mon village en Provence

Partager cet article

Repost 0