Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

On ne peut pas arriver à Avignon sans en admirer les remparts et en souhaitant que la municipalité continue et accélère leurs rénovations et entretiens.

Avignon, Palais du Roure, la crèche MistralienneAvignon, Palais du Roure, la crèche Mistralienne

La petite chapelle est un lieu très simple rarement ouvert.

Avignon, Palais du Roure, la crèche MistralienneAvignon, Palais du Roure, la crèche MistralienneAvignon, Palais du Roure, la crèche Mistralienne

Une première partie de l'exposition est donc la table des treize desserts, élément incontournable des traditions provençales autour de Noël. Elle sera présentée par Renée Gendrier, de l’Estello d’Avignoun.

En ce jour, veille du 6 Janvier, la table des 13 desserts ne comporte plus qu'une nappe sur les 3, celle du Cacho-fio et celle du 25 Décembre ont bien sûr été enlevées.

Avignon, Palais du Roure, la crèche MistralienneAvignon, Palais du Roure, la crèche Mistralienne

Dans les expositions de fin 2015, début 2016, le Palais du Roure à Avignon a réalisé sa traditionnelle crèche.

Depuis l'an 2000, les crèches ont été réalisées par de grands artistes santonniers comme Murielle Porte-Forest, Jacques Prouget ou Jean-Marie Fontanille entre autres.

Cette année, ce sont les santons de l'abbé Ciccullo acquis par le Palais du Roure en 1975. Cet abbé Cicullo est connu aussi pour la défense des œuvres et des lieux chrétiens. En 2007, le peintre Jacques Descordes réalisa une fresque dans l'abside de la Chapelle Notre-Dame-du-Château à Saint-Etienne-du-Grès, avec l'accord du maire mais sans celui du conseil municipal ni consultation du curé. Elle représentait quatre animaux et un ange féminin dévêtu. L'abbé Michel Cicculo détruisit entièrement l'oeuvre aussitôt achevée, la jugeant trop païenne. Le litige fut porté devant le tribunal correctionnel de Tarascon, qui condamna l'ecclésiastique à une amende de plusieurs milliers d'euros. Le curé fit appel et obtint finalement gain de cause en 2009 pour dégradation de Monument Historique sans autorisation ni des Bâtiments de France, ni du Diocèse qui est responsable du devenir d'un bâtiment religieux même si la commune en est propriétaire selon la loi de1905, en l'espèce bafouée.

Le décor est dû à Jean-Victor Moureau. Celui-ci propose une vision imaginaire de Maillane, village de Frédéric Mistral, au centre duquel se trouve une reproduction de la maison du Poète, la « Maison du Lézard ».

Le Palais du Roure ne faisant pas les choses à moitié un superbe livret gratuit permet de mieux profiter de cet évènement.

Avignon, Palais du Roure, la crèche MistralienneAvignon, Palais du Roure, la crèche MistralienneAvignon, Palais du Roure, la crèche Mistralienne

La crèche a été construite à partir d'une aquarelle peinte par M. Jean-Victor Moureau et l'ensemble correspond bien.

Avignon, Palais du Roure, la crèche MistralienneAvignon, Palais du Roure, la crèche Mistralienne

Des vues plus parcellaires permettent d'apprécier la construction, M. Moureau situe toujours ses crèches dans un ciel de nuit, lumineux malgré tout, et éclairées d'une seule étoile, celle du Félibrige en l'occurrence.

Avignon, Palais du Roure, la crèche MistralienneAvignon, Palais du Roure, la crèche MistralienneAvignon, Palais du Roure, la crèche Mistralienne
Avignon, Palais du Roure, la crèche MistralienneAvignon, Palais du Roure, la crèche Mistralienne
Avignon, Palais du Roure, la crèche MistralienneAvignon, Palais du Roure, la crèche Mistralienne

Les santons de l'Abbé Cicullo sont très beaux, les tissus utilisés sont de qualité, les mains, pieds et têtes en argile sont excessivement expressifs.

L'âne et le bœuf sont de Jean Marie Fontanille et les Rois Mages que je n'ai pas bien photographiés malheureusement sont de Jean Bouchet.

Avignon, Palais du Roure, la crèche MistralienneAvignon, Palais du Roure, la crèche MistralienneAvignon, Palais du Roure, la crèche Mistralienne
Avignon, Palais du Roure, la crèche MistralienneAvignon, Palais du Roure, la crèche MistralienneAvignon, Palais du Roure, la crèche Mistralienne
Avignon, Palais du Roure, la crèche MistralienneAvignon, Palais du Roure, la crèche Mistralienne
Avignon, Palais du Roure, la crèche MistralienneAvignon, Palais du Roure, la crèche MistralienneAvignon, Palais du Roure, la crèche Mistralienne
Avignon, Palais du Roure, la crèche MistralienneAvignon, Palais du Roure, la crèche MistralienneAvignon, Palais du Roure, la crèche Mistralienne
Avignon, Palais du Roure, la crèche MistralienneAvignon, Palais du Roure, la crèche MistralienneAvignon, Palais du Roure, la crèche Mistralienne
Avignon, Palais du Roure, la crèche MistralienneAvignon, Palais du Roure, la crèche MistralienneAvignon, Palais du Roure, la crèche Mistralienne

Un aspect particulier est très important dans cette crèche, la perfection de la représentation des bergers qui ont tous cette espèce de fioles en forme de calebasse que d'aucuns confondent avec justement la gourde portée par les pêcheurs ou les pèlerins comme ceux de Compostelle qui portaient ainsi une vraie calebasse évidée et séchée pour y mettre de l'eau.

Peu de santonniers réalisent leurs santons avec un tel objet sauf l'Abbé Ciccullo et Jean Marie Fontanille. Ces biberons ont une histoire très précise que relate parfaitement http://www.citedesarts.com

Biberon de berger
Les biberons de berger ont connus leurs heures de gloire durant les XVIIIème et XIXème siècles.
Il est important de souligner, pour expliquer l'usage de l’objet, que la brebis ne peut allaiter qu’un seul petit à la fois.
Si par erreur de Dame Nature, il s’en présente deux ou plus, la mère ne peut pas nourrir ces petits supplémentaires.
C’est donc le rôle du berger d’alimenter les agneaux, au biberon, qui soit dit en passant, servait aussi pour les veaux.

Un tel biberon se reconnaît aisément par sa forme de sablier étranglé dans sa partie haute.
Le corps était toujours entièrement recouvert d’un tressage végétal naturel réalisé avec les ressources locales. Il était généralement en chanvre car au XVIIIème siècle il y avait de très nombreuses cultures de chanvre qui étaient destinées à la réalisation des cordages. Mais ils s’en trouvent aussi en seigle ou en plantes aquatiques séchées comme le roseau ou l’osier.
Ce tressage porte le nom de « clisse ».

De manière très isolée, certains biberons cévenols sont recouverts d’une toile grossière, type jute.
La clisse dessine parfois des anses et plus rarement une bandoulière, le rendant plus facile à transporter et à manipuler au moment de la tétée. Les poignées permettaient de tenir et renverser le biberon au niveau de la tête de l'animal.
Un bouchon venait fermer le biberon. Il pouvait être en liège, en tissu, en bois. Il est presque toujours absent aujourd’hui.

Ce sont des maîtres verriers ambulants qui les ont réalisés pour la grande majorité d’entre eux.
Le verre est toujours soufflé à la bouche. La trace de pontil se voit donc aisément au cul de l’objet, c’est signe qu’il a été fait de manière artisanale et de surcroît, il donne une bonne indication quant à l’ancienneté de l’objet.

Le verre qui le compose est généralement très épais : c’est un objet que le berger transportait avec lui lors de tous ces déplacements avec son troupeau, il devait donc être solide.
Le verre, transparent, peut avoir deux types de nuances : soit verte soit bleutée.

Le principe de ce biberon repose sur l’étranglement dans sa partie haute : il permettait de réguler l’écoulement du lait, de manière à ce que le veau ou l’agneau qui buvait ne s’étouffe pas avec un trop plein de liquide. Donc par déduction, il n’y a pas besoin de rajouter une tétine à ce biberon.

Comment faire le remplissage… ?
Il y a deux réponses.
La première consiste à plonger le biberon dans un seau de lait et le laisser se remplir tout seul.
La seconde nécessite d’avoir un petit entonnoir en verre avec un fin tuyau qui s’insérait dans le goulot du biberon pour y faire couler du lait.

Certains de ces biberons sont aussi appelés « gourdes de Guardian ».
Ils pouvaient servir aux bergers pour stocker de quoi se désaltérer.
En laissant le biberon tremper dans l’eau fraîche un moment, le tressage se gorge d’eau et maintient le contenu frais un long moment.
Ce sont généralement les plus gros biberons qui étaient destinés aux bergers et les plus petits pour les bêtes.

Les tailles des biberons de berger varient de 15 cm de haut jusqu’à 40 cm, à peu près

Avignon, Palais du Roure, la crèche MistralienneAvignon, Palais du Roure, la crèche MistralienneAvignon, Palais du Roure, la crèche Mistralienne
Avignon, Palais du Roure, la crèche Mistralienne
Tag(s) : #Santon et Santonnier

Partager cet article

Repost 0