Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Escolo de la Targo a joué ce 15 Janvier 2016, sa pièce annuelle de la Pastorale écrite par Louis Bayle au Théâtre de la Porte d'Italie.

Louis Bayle est un écrivain et enseignant rédacteur entre autre de la "Grammaire du provençal moderne". Né en 1907, mort en 1989, il a été professeur de Provençal à Toulon et aussi directeur de la revue "La Targo".

Il fut aussi un fervent participant du Félibrige et un défenseur de la Provence, en particulier, en participant à la création de l'Astrado Provençalo, ou en participant à des campagnes de précision fort importantes dans la Revue des deux Mondes par exemple sur les thèmes de l'Occitanie et de la Provence comme dans un article de 1971.

Et cet article contient des arguments qui pourraient être encore pris en compte aujourd'hui sur les problèmes de la défense du Provençal.

http://rddm.revuedesdeuxmondes.fr/archive/article.php?code=20438&show=picture

Cette Pastorale du vieil homme, est écrite dans les années 50. Elle diffère donc de toutes les autres pastorales car elle se situe volontairement à cette époque-là et que donc les personnages ne sont pas habillés de vêtements du 19ème siècle.

Les personnages sur scène seront peu nombreux et, contrairement aux pastorales du 19ème siècle, les personnages féminins sont nombreux.

Barcassin, 
Lou vièi avugle 
Matiéu, pastre 
Barnabèu, pastre 
Tistet,pastre 
Jigè, pastre 
Pistachié, l'amoulaire 
Lou vièi 
L'istitutour 
Lou Dr Megican 
Lou Noutari 
Margarido 
Nourado 
Fifino, jouvènto 
Tounieto, jouvènto 
Craquino, la boumiano

La pièce se joue en trois actes.

Premier Acte

Il se situe sur la place du village, l'aveugle est sur un banc, rejoint par les bergers, Margarido, Pistachié, Fifino, Tounieto et la discussion tourne autour de cet appel de l'ange Gabriel, de la nécessité de rejoindre la Judée où est né Jésus.

Dans cette pastorale, l'"anachronisme spatial" ou transposition de lieu, de Bethléem en Provence disparaît puisque la naissance a bien lieu en Palestine dans un désert de sable, au pays des oranges.

Arrive Craquino, la boumiane, qui apprend cette nouvelle, qui la trouve belle même si elle a été dubitative au début et qui s'en va atteler en proposant une place dans sa roulotte à l'aveugle pour qu'il y aille lui aussi.

Arrivent alors, les uns derrière les autres, les notables du village, l'instituteur, le docteur, puis le notaire, tous pleins de leur science, de leur cartésianisme, de leur laïcité sectaire, qui vont tenter de démonter les croyances du village.

Mais comme quasi tous les habitants du village vont s'en aller, le plaisir d'un voyage de découverte ne déplaît pas au docteur qui invite dans sa nouvelle charrette l'instituteur et le notaire pour un voyage de découvertes.

Toulon, Pastorale du vieil hommeToulon, Pastorale du vieil hommeToulon, Pastorale du vieil homme
Toulon, Pastorale du vieil hommeToulon, Pastorale du vieil hommeToulon, Pastorale du vieil homme
Toulon, Pastorale du vieil hommeToulon, Pastorale du vieil hommeToulon, Pastorale du vieil homme
Toulon, Pastorale du vieil hommeToulon, Pastorale du vieil hommeToulon, Pastorale du vieil homme

Deuxième Acte

Il se situe à une croisée de chemin dans une campagne.

Au loin, sur la gauche, on entend des musiques modernes et des lumières éclairent le ciel. On devine une ville foisonnante de vie et d'activités.

Sur la droite, dans un ciel noir, luit une seule étoile.

Et assis au milieu de ce carrefour, un vieil homme très bien habillé qui semble attendre. Arrivent un berger puis un autre. Dans un premier temps, le vieil homme explique qu'il a vu passer deux carrioles, celle du docteur avec le notaire et l'instituteur qui sont partis vers la ville, et celle de Craquino, la Boumiane, qui emmenait l'aveugle qui sont partis vers le désert de l'étoile.

Le vieil homme s'enquière de ce voyage et met en doute la véracité des dires de l'ange Gabriel. Il demande même s'il s'est présenté et si quelqu'un l'avait déjà vu pour attester de son identité. Arrivent rapidement les autres pèlerins.

Et le vieil homme de mettre en doute cet enfant né dans la pauvreté et dans le noir pour sauver le monde. Pourquoi son père ne l'a-t-il pas présenté dans un palais riche d'or et de parfums. Et puis ces lumières de la ville ne sont elles pas plus intéressantes…??

Sa façon insistante de mettre en doute, de dénigrer, d'expliquer que lui est un savant, un professeur de morale docteur en psychologie, un médecin des âmes et qu'il veut bien soigner leurs âmes, cette façon va faire que Pistachié, Fifino et Tounieto vont le suivre vers la ville.

Et pendant ce temps, Margarido, Tistet, Barnabéu et Matièu vont eux prendre le chemin de l'étoile.

Seul reste Jigè, indécis, si indécis qu'il ne sait où aller et qui reste donc planté à la croisée des chemins, à la croisée des décisions.

Toulon, Pastorale du vieil hommeToulon, Pastorale du vieil hommeToulon, Pastorale du vieil homme
Toulon, Pastorale du vieil hommeToulon, Pastorale du vieil hommeToulon, Pastorale du vieil homme
Toulon, Pastorale du vieil hommeToulon, Pastorale du vieil hommeToulon, Pastorale du vieil homme
Toulon, Pastorale du vieil hommeToulon, Pastorale du vieil hommeToulon, Pastorale du vieil homme
Toulon, Pastorale du vieil hommeToulon, Pastorale du vieil hommeToulon, Pastorale du vieil homme

Troisième et dernier acte

C'est le retour au carrefour des chemins de la ville et du désert, ce carrefour des choix où on retrouve Jigè qui est resté tanqué là, si indécis qu'il n'a rien fait sauf attendre. Le ciel nous montre des lumières de la ville qui se sont estompées alors que l'étoile brille encore plus. Margarido et ses compagnons reviennent éreintés de leur voyage en Galilée, éreintés mais émerveillés. Ils s'étonnent de cette indécision de Jigè et lui content le voyage et celui-ci regrette son non choix.

Arrivent alors de la ville, un Pistachié fortement alcoolisé, verre à la main, couvert de confettis et autres serpentins de fêtes. Il raconte son séjour dans un lieu où les femmes abordent les hommes pour les entraîner à leur payer des séjours dans des cabarets. Et lui qui aime danser, exprime son vœu de retourner au village où on peut danser gentiment sur la place sans être constamment attiré par des filles vénales.

Il raconte avoir vu dans cette ville les savants, le médecin, le notaire et l'instituteur. Quant à Fifino et Tounieto, elles sont restées à la ville car elles y ont trouvé le plaisir semble-t-il.

Puis reviennent du désert l'aveugle et Craquino, la boumiane, eux aussi émerveillés de leur voyage. Craquino raconte sa rencontre avec l'enfant, elle lui a lu les lignes de la main jusqu'à ce quelle soit prise d'une terreur en lisant ces lignes vers sa trentième année.

Le vieil homme revient du chemin de la ville au milieu de cette assemblée et tente de mettre en valeur ce qu'il aurait fait sur le chemin de la ville pour aider des pauvres gens. Alors, ceux qui ont vu, content leur voyage pendant qu'au fond, la scène de l'étable apparaît si lumineuse. Sont restés à la ville les "savants incrédules" que sont le notaire, le docteur et l'instituteur et les jeunes filles attirées comme des papillons par les lumières de la ville.

Sur scène, sont présents ceux qui ont cru, l'indécis Jigé et celui qui a fui ces lumières pour retrouver la paix du village, Pistachié. Et tous de se décoiffer devant cette apparition pour montrer leur respect.

Et tous les présents alors demande au vieil homme de, lui aussi, se décoiffer ce qu'il refuse obstinément. Pistachié va lui arracher son chapeau et alors apparaissent les cornes rouges du Diable car il s'agissait bien de lui, le tentateur.

Il s'enfuie en courant, et pour cette représentation, il s'esclaffe par terre dans l'arrière scène, s'ouvrant même le crâne.

Mais la pièce est finie. Guy Revest, Président de la Targo, mais aussi Sendi de la Maintenance de la Provence du Félibrige peut venir clore cette superbe représentation.

Toulon, Pastorale du vieil homme
Toulon, Pastorale du vieil homme
Toulon, Pastorale du vieil homme
Toulon, Pastorale du vieil homme
Toulon, Pastorale du vieil homme
Toulon, Pastorale du vieil homme
Toulon, Pastorale du vieil homme
Toulon, Pastorale du vieil homme
Toulon, Pastorale du vieil homme
Toulon, Pastorale du vieil hommeToulon, Pastorale du vieil hommeToulon, Pastorale du vieil homme
Toulon, Pastorale du vieil hommeToulon, Pastorale du vieil hommeToulon, Pastorale du vieil homme
Toulon, Pastorale du vieil hommeToulon, Pastorale du vieil hommeToulon, Pastorale du vieil homme

Une pièce très bien construite, moins chantée que les pièces plus amusantes du 19ème siècle. Ayant été écrite dans les années 1970, elle est moins axée sur la nécessité de faire rire la salle par des outrances dans la représentation des caractères que sur la morale, sur la nécessité de réveiller les consciences catholiques des spectateurs, dans une période cartésienne où la laïcité, l'argent, les trente glorieuses font que les églises se désertifient pour le monde du superflu, de la lumière, de l'image, de la boisson, de la vie facile et du savoir soit disant supérieur à l'âme humaine, à son besoin de croire et de suivre une voie plus simple et plus respectueuse des autres.

Tag(s) : #Ma Provence

Partager cet article

Repost 0