Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce dimanche 12 Juin, c'était le rassemblement des félibres bas alpins organisé par le Rode Osco Manosco et la communauté des moines de Notre Dame de Ganagobie.

De nombreuses associations devaient venir pour cette journée où une messe suivie d'un pique-nique sous les bois, puis de danses devaient avoir lieu. Finalement seul le Groupe Manosquin était présent. La fête prenait une ampleur moins importante mais le site mérite quand même ce voyage que nous avons pu y faire.

Le plateau de Ganagobie domine la plaine de la Durance de ses plus de 600 m d'altitude. Il a été habité très tôt pour son côté stratégique. En particulier, il comporte des traces encore visibles de la Voie Domitienne, ou des restes de remparts en pierres sèches d'époque Carolingienne. Des ruines d'une église du 8ème siècle doit pouvoir se voir.

Le plateau est couvert de chênes verts.

Monastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de Ganagobie
Monastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de Ganagobie
Monastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de Ganagobie

Le Rode Osco Manosco va ouvrir la marche depuis le parking immense et privé à la fin de la route qui fut construite au milieu du 20ème siècle.

Monastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de Ganagobie

Le Monastère Notre-Dame de Ganagobie n'est pas visitable car il est occupé par une congrégation, Congrégation Ste Marie-Madeleine. Ce sont ces Moines qui vont donner la messe à laquelle nous allons assister. Mais un peu d'histoire est possible.

Le site est occupé par une église qui se trouve plus profond dans les bois dès le 6ème à 8ème siècle.

Le bord de la falaise qui surplombe la Durance est occupé par une abbatiale dès le 9ème siècle, avec son cimetière d'une trentaine de tombes dont celle d'un abbé avec un bâton pastoral en forme de tau. Quelques tombes sont exposées dont celle-ci.

Au 10ème siècle, une église dédiée à Notre Dame est érigée. Cette église est donnée à l'Abbaye de Cluny ce même siècle par le Pape.

Du 11ème au 13ème siècle, période florissante et pourtant la communauté était limitée à 13 moines comme la cène.

Du 14ème au 16ème siècle, périodes alternées de déclin et de sursaut jusqu'à la destruction du monastère par les huguenots en 1562.

Le 17ème voit des tentatives de restauration du monastère qui sera définitivement supprimé par le Roi en 1788, et la révolution vend les biens.

Des démolitions vont être réalisées, en particulier chœur et transept.

En 1891, le domaine est cédé à la congrégation Ste Marie-Madeleine qui va y découvrir des mosaïques classées monument historique.

Dès la fin du 19ème, les moines refont cloître et réfectoire.

A partir de 1955, avec les Monuments historiques, la reconstruction est commencée pour remettre les 72 m² de mosaïques romanes en valeur.

La restauration par la Confrérie est terminée en 1992 par les 18 moines qui s'y installent définitivement.

De ce monastère, on ne va voir que l'église, les murs extérieurs et ceux du parc clos, quelques tombeaux en pierre, et par une porte entrouverte un instant, j'ai pu voir le cloître qui est construit très bas et au Sud pour permettre la lumière d'éclairer de façon intense les 3 ou 4 vitraux de l'église parfaitement orientée, c'est-à-dire axer à l'Est, la façon de dire maintenant "orienter à l'est" est un pléonasme, comme dire orienter au sud ou ailleurs est bien sûr une bêtise..

Monastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de Ganagobie
Monastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de Ganagobie
Monastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de Ganagobie

L'église borde le Monastère sur sa face Nord et sur la totalité du monastère soit une quarantaine de mètres. Le plan montre une église formée d'une nef, d'un double transept qui donne sur un chœur à 3 absides, dans une de ses absides il y a les mosaïques que je n'ai pu voir, c'était office religieux, mais l'église se visite tous les jours sauf le lundi de 15h00 à 17h00, c'est-à-dire en dehors des 7 prières journalières des moines.

L'église, aujourd'hui très faiblement décorée, était richement décorée, à l'origine, de tapis, mosaïques, vitraux et fresques contrairement aux abbayes provençales connues, comme les 3 sœurs, Thoronet, Sylvacane et Sénanque. Mais cette église était Clunisienne et non Cistercienne comme les abbayes romanes traditionnelles en Provence.

Le porche, à l'ouest, est superbe. Un portail monumental surplombé par un oculus imposant est entouré d'archivoltes successives agrémentées de nombreux voussoirs et de colonnes torsadées terminées par des feuilles d'acanthes.

Le linteau représente les apôtres dont seul St Pierre a été identifié.

Le tympan est triangulaire et représente Jésus avec la bible et ses 4 évangélistes avec les 4 grands mystères du Christ, le lion de la résurrection et St Marc, le taureau de la passion et St Luc, l'homme ailé de l'incarnation et St Mathieu, et l'aigle de l'ascension et St Jean.

Monastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de Ganagobie
Monastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de Ganagobie
Monastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de Ganagobie
Monastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de Ganagobie

La messe qui va être célébrée est une messe chantée par les moines en latin ou par la chorale d'Osco Manosco en Provençal, et en particulier pour le chant "Sian li fiéu de la Prouvènço" (Nous sommes les enfants de la Provence) et pour le "Prouvençau e catouli" (Provençaux et catholiques).

A remarquer la présence du Capoulié Jacques Mouttet et du Souto Sendi de Provence Alain Costantini, qui fait partie du Rode Osco Manosco avec Brigitte Dempton Secrétaire de la Maintenance Provence.

Une autre remarque, c'est la première messe où j'assiste sans sermon et sans quête puisqu'elle était faite par des moines qui n'appartiennent pas au diocèse, donc ils ne lèvent pas de quête et ne vivent que de dons ou de leur travail, et par ailleurs, leurs paroles se limitent au minimum puisqu'ils ont fait vœu de silence.

A la sortie, nous accompagnons les moines jusqu'à la porte principale du Monastère, d'où le père Prieur ressort seul pour les remerciements réciproques.

Monastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de Ganagobie
Monastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de Ganagobie
Monastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de Ganagobie
Monastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de Ganagobie
Monastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de Ganagobie
Monastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de Ganagobie
Monastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de Ganagobie
Monastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de Ganagobie

La fête étant limitée par l'absence de groupes nombreux, nous pique-niquons rapidement puis nous profitons du relatif beau temps pour revenir en prenant la rive gauche de la Durance jusqu'à traverser la Ste Victoire entre Rians et Pourrières.

Nous passons à Oraison où la Mairie est ornée d'une plaque que je vois pour la première fois et qui rend hommage non plus aux combattants des guerres mais à ceux, veuves et orphelins qui restent à souffrir derrière ces grands massacres. Une très belle reconnaissance.

Puis nous traversons des champs de sauge sclarée.

Elle est cultivée en Provence sur les mêmes terres que la lavande. On lui attribue des vertus aphrodisiaque, antidiabétique, anti-infectieuse, antibactérienne, anti-inflammatoire, cicatrisante par voie externe, neurotonique, relaxante, antispasmodique et antidépressive.


Herbe sacrée des Latins, Salvia vient du latin salvo qui signifie «sauver», «rendre bien portant». Au Moyen Age, la sauge sclarée était employée dans le traitement des yeux. Elle pousse dans les terrains rocailleux et l’huile essentielle est obtenue à partir de la distillation de la plante entière. L’huile essentielle de sauge sclarée a la réputation d’être l’huile féminine par excellence. Elle est revitalisante, favorise la détente et dissipe les tensions. Son odeur douce, herbacée, fraîche et légèrement camphrée aromatisera vos plats d’une touche raffinée.

Monastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de Ganagobie
Monastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de Ganagobie
Monastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de Ganagobie
Monastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de GanagobieMonastère Notre-Dame de Ganagobie
Tag(s) : #Ma Provence

Partager cet article

Repost 0