Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Junies dans le Lot est une commune dont la population ne fait que baisser pour n'être plus que d'à peu près 250 habitants.

Mais cette commune possède une histoire médiévale imposante qui la lie de plus très profondément avec la Provence.

Cette richesse historique réside maintenant dans son passé patrimonial que nous sommes allés visiter.

· L'ancien monastère des Junies avec l'église abbatiale Saint Pierre ès Liens. L'église est classée Monument historique, l'aile subsistante du couvent comprenant la salle capitulaire aussi.

· Le château des Junies est inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques.

· La chapelle de pèlerinage de Canourgues est aussi inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques.

· L'église Saint-Perdufle de La Masse idem est inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques.

· La maison Cavaillé à La Masse est inscrite au Monument historique.

· L'église de Carnougues n'est pas inscrite mais elle possède une richesse intérieure, un tableau.

C'est toute cette visite que je vais relater ici.

L'origine du nom "Les Junies" vient du fait que Bernard de Jean a reçu ces terres de Carnougues comme fief, ces terres deviennent donc "Lasjohanias" en Occitan, puis par déformation "Les Junies".

Il reste dans cette commune un hameau de Carnougues, la cité Les Junies proprement dite et un autre hameau, celui de la Masse du nom de la rivière impétueuse qui traverse cette vallée du Nord au Sud.

Mais d'abord, l'origine de ce lien entre Les Junies, petite commune du Lot et la Provence. C'est un lien essentiel à l'histoire de la Provence, un lien qui justifie et fait comprendre ce qu'est le Comtat Venaissin, le Palais des Papes. Le premier Pape de France fut Clément V en 1306. Il s'était installé sur la rive gauche du Rhône, Avignon étant un territoire du Comte de Provence. Ce dernier ne croyant pas au Comte de Provence qui pouvait l'accueillir, resta dans le Comtat Vennaissin et plus particulièrement à Villeneuve les Avignon puis à Monteux.

Le Pape suivant, Jean XXII fut le Pape qui construisit Avignon, le Palais des Papes et toute cette histoire fantastique du 14ème siècle.

Et ce Pape n'était autre que Jacques Duèze, né en 1244 à Cahors, mort en 1334 à Avignon, issu d'une famille de la bourgeoisie aisée de Cahors Il est élu pape en 1316, sous le nom de Jean XXII.

C'est lui qui à l'âge de 72 ans, à son élection, inaugure la série des papes d’Avignon, série dont il assurera le plus long pontificat : il meurt à 90 ans après 18 ans d'exercice.

Il a fallu deux ans et de nombreuses luttes de 1314, mort de Clément V, et 1316, élection de Jean XXII pour pouvoir trouver un Pape, le moins important possible, le plus vieux pour pouvoir régler les problèmes de supériorité des différentes castes chez les cardinaux avant la nouvelle élection.

Las!!!

Ce Pape-là a duré 18 ans et avait des idées et du pouvoir et il le fit savoir et sentir, malgré son aspect chétif, sa petite taille, son teint pâle et sa voix fluette qui cachaient une robuste santé renforcée par une remarquable hygiène de vie. Il avait comme assistant Gaucelm de Jean (ou Gauscelin), cardinal français né à Cahors et décédé en 1348 à Avignon et neveu du pape Jean XXII par sa mère.

Cette famille est une famille de marchands qui s'est enrichie dans le négoce, originaire de Cahors. Elle possédait le château des Junies.

Ce château fut pendant la guerre de 100 ans une place forte du Quercy.

Il est privé aujourd'hui donc invisitable. On peut voir son ancien porche et face à lui, le Moulin à eau qui alimentait le village.

Le Lot, Les Junies et la Provence 1/2Le Lot, Les Junies et la Provence 1/2Le Lot, Les Junies et la Provence 1/2
Le Lot, Les Junies et la Provence 1/2Le Lot, Les Junies et la Provence 1/2

Il fut normal alors que Gaucelm de Jean fonde et fasse construire un monastère réservée à des Dominicaines, 12 sœurs et seulement 12 jusqu'à ce que la révolution ruine le monastère.

Ce Monastère va suivre la règle de St Augustin.

Il ne reste plus que deux des ailes qui entouraient le cloître et de celui-ci quelques bouts de piliers.

Cette communauté de 12 sœurs issues de la noblesse locale et dirigée par une prieure avait charge d'entretenir l'église Notre Dame qui était l'aile Sud du cloître. Le quotidien était l'exploitation des biens fonciers, la gestion des jeunes religieuses et les pensions des jeunes filles dont elles avaient l'éducation en charge.

Des bâtiments, il reste donc l'église au Sud du Cloître, la salle capitulaire et la pièce qui était le logement de la prieure sur l'aile Est.

L'aile Ouest, récemment rachetée et redécouverte par les propriétaires privés, était les chaix, les caves et à l'étage les logements des sœurs converses.

L'angle de l'aile Est et aile Nord existe et c'est l'habitation des propriétaires.

La construction de ce monastère a débuté en 1343 sur accord du Pape et à sa mort en 1348, Gaucelm ne put être enterré dans ce monastère non fini, il est donc enseveli dans le monastère des dominicains de Cahors.

Ses héritiers reçurent du Pape Innocent VI le droit de finir cette œuvre.

Mais la guerre de Cent Ans battait son plein.

Des différends avec le Roi de France contre le Château des Junies marquèrent ce 14ème siècle du monastère.

Les siècles suivants furent ceux d'une vie normale jusqu'à la vente en biens nationaux en 1790, la destruction partielle, l'usage du restant à des fins agricoles avec les modifications que cela imposait et ce jusqu'au rachat par les propriétaires actuels en 1989. Ils ont pu, par leurs travaux, obtenir le label Monuments de France et la mise en place d'associations diverses pour les aider.

L'église elle est devenue depuis l'église paroissiale, on verra ça sur la suite de cette visite.

Le cloîtreLe cloîtreLe cloître
Le cloîtreLe cloître

Le cloître

La façade de l'église qui sert d'aile sud du Monastère permet de voir les trous des poutres du toit qui couvrait la galerie couverte bordant le jardin du cloître.

Vers l'ouest de l'église, on peut voir la porte d'accès du cloître aux converses.

A l'est, on peut voir que l'appartement de la prieure devait avoir accès à l'église et aussi que la salle capitulaire donne directement sur la sacristie, on va pouvoir voir dans celle-ci un escalier condamné qui semble confirmer cette affirmation.

Côté égliseCôté égliseCôté église

Côté église

Cette aile Est a été ouverte après la révolution lors de la vente des bâtiments pour faciliter les accès des différents propriétaires

Le Lot, Les Junies et la Provence 1/2Le Lot, Les Junies et la Provence 1/2

Les logements des propriétaires actuels se situent dans l'angle restant entre Est et Nord.

Le bout de la partie nord était les logements les sœurs. On peut voir ce qui reste de la jonction qu'avait cette partie avec le bâtiment de la prieure.

Logement des soeursLogement des soeursLogement des soeurs

Logement des soeurs

Le logement de la prieure occupe l'étage au-dessus de la salle capitulaire.

Logement de la prieure

Logement de la prieure

La salle capitulaire a été trouvée par les propriétaires remplie de gravats jusqu'à mi-hauteur.

Elle s'ouvre sur le cloître par une grande arcade centrale et deux petites arcades de part et d'autre. Les enduits et les joints des moellons de calcaire de la construction sont faits en un mélange de chaux et d'argile rouge.

La pièce est divisée en trois parties, celle du centre plus large, et chacune des travées est alimentée d'une petite fenêtre en arc trilobé.

Des restes de peinture peuvent s'apercevoir sur les ogives des travées

Les clefs de voûte étaient décorées d'écus détruits mais les traces des peintures du cordon cardinalice rouge de Gaucelm subsistent.

L'ouverture de l'accès à la sacristie est visible.

Salle capitulaireSalle capitulaireSalle capitulaire
Salle capitulaireSalle capitulaireSalle capitulaire
Salle capitulaireSalle capitulaireSalle capitulaire

Salle capitulaire

Salle capitulaireSalle capitulaireSalle capitulaire

Salle capitulaire

La dernière partie est l'aile ouest qui a été rachetée récemment puisque, comme déjà dit, les bâtiments ont été très divisés lors des ventes du 18ème.

Ces bâtiments étaient, eux, complètement remplis de gravats, d'arbres, le toit actuel n'existait pas bien sûr.

Une fois vidés de cela, des voûtes sont apparues, elles devaient soutenir le plancher des dortoirs supérieurs. Ces bâtiments avaient peu d'ouverture, la première pièce déjà bien sauvée comporte une cheminée et une petite pièce de séparation d'avec la partie encore non rénovée. Ça suppose donc que la cuisine était là.

aile des conversesaile des converses
aile des conversesaile des converses
aile des conversesaile des conversesaile des converses

aile des converses

Visite des Junies à suivre sur Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2

http://l-estrangie-e-li-santoun.over-blog.com/2016/07/le-lot-les-junies-et-la-provence-2-2.html

Tag(s) : #Hors de Provence, #Ma Provence

Partager cet article

Repost 0