Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour faire suite à Le Lot, Les Junies et la Provence 1/2

Publié ici

http://l-estrangie-e-li-santoun.over-blog.com/2016/07/le-lot-les-junies-et-la-provence-1-2.html

L'église principale et paroissiale est donc celle du hameau de La Masse, l'ancienne église du monastère change de nom de Notre Dame en Saint Pierre-ès-Liens.

Ce nom est celui d'un toponyme posé par le Pape Sixte III en 439 sur le Mont Esquilin (une des 7 collines de Rome) en l'honneur de Saint Pierre.

L'église est de construction gotique méridionale, et elle fut achevée en 1343, 10 ans avant le Monastère.

C'est une construction simple, parfaitement orientée, l'ouest contient un mur-clocher que l'on atteint par un escalier extérieur.

Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2
Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2

Au 19ème siècle, quand l'église devient paroissiale, un clocher-porche central d'accès est bâti.

Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2

L'intérieur contient une nef qui termine sur un chœur à mur droit et deux chapelles latérales, consacrées à Ste Marie et à St Pierre.

Les anciens accès au monastère sont encore visibles, celui qui donne vers l'aile converse en bas de nef, une porte murée dans la chapelle Sud qui donnait accès au dortoir des soeurs, et une porte cachée par un habillage bois donnant accès à l'époque au "tour" du monastère (et je ne sais pas ce que veut dire ce mot).

L'édifice est bien constitué de deux parties dans la nef, et ça se voit par les banquettes en pierres qui font le tour de la nef dans la partie haute et s'interrompent dans la partie ouest.

Une clôture devait séparée les deux sanctuaires de cette nef.

Les peintures du chœur et de la nef sont du 19ème siècle.

Il ne reste aucun mobilier de l'époque monacale sauf la chaire de la prieure qui se trouve dans le chœur.

Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2
Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2
Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2
Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2
Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2
Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2

La richesse de cette église provient aussi de cette somme de vitraux qui profitent de cet écrin dont certains datent de la construction de l'église. Ce sont les plus anciens et les plus riches de toute la région Sud-Ouest, et ce n'est pas rien dans un village de 250 âmes.

On peut voir au chevet un triple panneau avec des scènes bibliques tirées de l'Enfance du Christ et de la Passion, les armes de la famille de Jean, dont celles du cardinal Gaucelme de Jean. Dans la fenêtre de gauche, des représentations de la vie de saint Jean-Baptiste. À l'autre extrémité de la nef se trouve une rose triangulaire.

Des vitraux du XIXe siècle représentent la vie de la Vierge.

Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2
Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2

Au fond de l’église un retable baroque du 17ème siècle de l'école de Gourdon fait voir ses ors. Il a été démonté du chœur pour pouvoir mettre en valeur le vitrail de celui-ci. Il est de composition pyramidale. Il est dominé par le Christ de la Résurrection. Il est consacré aux saints de l'ordre dominicain.

Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2
Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2
Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2

La visite de ce village exceptionnel ne s'arrête pas là. L'église du hameau de La Masse s'appelle Saint-Perdulphe.

C'est un modeste édifice roman qui dresse son clocher-mur au dessus des maisons médiévales du hameau. Construit au 12e siècle sur un modèle pré-roman à chevet plat, elle se distingue essentiellement par ses peintures murales du 16e siècle.

Le clocher-mur percé d'une unique baie cache un petit édifice au plan très simple, voire archaïque pour l'époque de construction : une nef rectangulaire couverte d'un plafond en bois, un choeur carré à chevet plat voûté en plein cintre, le tout séparé par un arc triomphal aux tailloirs non sculptés.

A la fin du 15e siècle, la nef reçut un important décor peint, relativement frustre, vraisemblablement réalisé par un artiste local : une représentation de la Cavalcade des Sept Pêchés Capitaux fait face à deux scènes de la Passion du Christ (le Baiser de Judas et la Flagellation).

L'église de la Masse est consacrée à saint Pardoux ou Perdulphe, abbé de Guéret mort en 737, invoqué au Moyen Age pour la guérison de la cécité.

Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2
Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2
Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2
Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2
Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2

Dans ce même hameau et juste en face de cette petite église, une ruine qui fut l'ancien presbytère possède une cheminée classée. Cette cheminée dite sarrasine n'est autre que le signal autrefois d'une auberge. Cette cheminée est classée.

Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2
Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2

La dernière église, l'église Saint-Martin, est celle du hameau des Canourgues. C'est un petit édifice roman à chevet plat, orné de remarquables modillons sculptés. Elle fit l’objet après la guerre de Cent Ans d’un décor peint consacré à la Passion du Christ.

Construite au 12e siècle dans un bel appareil de blocs de calcaire blond, l’église adopte un plan très simple, composé d’une nef unique charpentée et d'une abside quadrangulaire dont la corniche est ponctuée de modillons ornée d'animaux et têtes d'hommes.

L’édifice fut embelli, à la fin du 15e siècle ou au cours des premières années du 16e siècle, par un cycle peint dont seuls quelques fragments sont actuellement dégagés.

Réparties en deux registres séparés par une frise ornée de rubans pliés, les peintures sont d’un style assez frustre et d’une palette chromatique réduite, pouvant suggérer l’intervention d’un artiste local.

Elles sont vraisemblablement consacrées à la Passion du Christ.

On reconnaît sur le mur nord de la nef, une Vierge de Pitié. Dans le chœur, trois scènes difficiles à identifier avec certitude pourraient représenter le Baptême du Christ, les bras croisés sur la poitrine, les hanches entourées du perizonium, la Comparution du Christ devant le Sanhédrin (le tribunal de Jérusalem), et la Mise au tombeau.

Le nom du hameau est l'ancien nom des terres avant de devenir "les terres de jean", "les Junies", au 13ème siècle.

Nous n'avons pas pu visiter cette église, les clefs n'étaient pas disponibles.

Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2
Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2Le Lot, Les Junies et la Provence 2/2
Tag(s) : #Hors de Provence, #Ma Provence

Partager cet article

Repost 0