Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous avons pu profiter ces 17 et 18 Septembre des fêtes du Patrimoine pour faire deux visites organisées avec le concours des Amis de l'Huveaune :

http://les-amis-de-lhuveaune.eklablog.com/

Le samedi, c'était la visite de l'oppidum du Baou de St-Marcel, ouvert exceptionnellement donc.

Marseille, Oppidum de Saint-MarcelMarseille, Oppidum de Saint-MarcelMarseille, Oppidum de Saint-Marcel

Il se situe à 8 km du Vieux Port, dans le 11ème arrondissement de Marseille. C'est un plateau de tufs quaternaires qui s’étend sur 3 hectares à 167 m d’altitude. Il domine la vallée de l'Huveaune et a une vision périphérique sur les Chaînes de Saint-Cyr, de l'Etoile, du Garlaban, de la Sainte-Baume et Marseille.

Marseille, Oppidum de Saint-MarcelMarseille, Oppidum de Saint-Marcel
Marseille, Oppidum de Saint-MarcelMarseille, Oppidum de Saint-Marcel

On y a une vue superbe sur Marseille, sur le Centre Dreyfus de l'OM et sur le Monastère de la congrégation des Filles du Cœur de Jésus qui a été fondée en 1873.

Marseille, Oppidum de Saint-MarcelMarseille, Oppidum de Saint-MarcelMarseille, Oppidum de Saint-Marcel
Marseille, Oppidum de Saint-MarcelMarseille, Oppidum de Saint-MarcelMarseille, Oppidum de Saint-Marcel
Marseille, Oppidum de Saint-MarcelMarseille, Oppidum de Saint-MarcelMarseille, Oppidum de Saint-Marcel

Il a été occupé du VIème au IIème siècle avant J.C., il représente un lieu stratégique, entouré de remparts et occupé par les celto ligures.

Les maisons, au sol de galets liés à de l’argile, étaient accolées les unes aux autres. Il reste quelques implantations de cases dont on trouve les traces vers certaines parties des murs d'enceinte renforcés tout au long de cette longue période d'occupation, sauf à l'ouest où une falaise rocheuse abrupte constitue une défense naturelle utilisée épisodiquement comme abri au Paléolithique.

Il est situé à un rétrécissement de la vallée de l'Huveaune et à ce sens il était stratégique pour surveiller tous les mouvements, s'en protéger ou les contrôler.

D'ailleurs un proverbe qui court les temps dit "Qui tient St Marcel, tient Marseille".

Ce site, connu de longue date, a été fouillé en 1930 par le Comte Henry de Gérin-Ricard. Puis de 1964 à 1972, Paul Agostini étudie le site et publie une thèse intitulée « L'oppidum pré-romain des Baou de Saint-Marcel à Marseille (VIIe - IIe siècle avant notre ère)». Ces découvertes ont alors empêché l'urbanisation que tentait d'y faire le Maire de l'époque, Vigouroux.

Le site semble bien être un habitat indigène en rapport étroit avec Marseille mais dont rien ne dit qu'il lui était soumis. Il est inscrit enfin aux monuments historiques depuis 1990.

Le rempart est un ensemble assez important, souvent remanié après sa construction en lauzes dès le deuxième quart du VIème siècle av. J.-C.. Pour sa construction, des tours ovoïdes sont associées aux murs.

Marseille, Oppidum de Saint-MarcelMarseille, Oppidum de Saint-MarcelMarseille, Oppidum de Saint-Marcel

Tout de suite, des habitations sont construites, très proches des fortifications, elles sont constituées d'une seule pièce d'une superficie moyenne de 12 m2. Les modes de construction n'évoluent pas au cours des siècles : la base des murs est constituées de deux parements de moellons de tuf de travertin liés par de l'argile.

On voit très bien les restes des pierres qui portaient le poteau central du toit en torchis et briques certainement.

Puis des habitations à deux pièces apparaissent. Les traces les plus importantes de ces habitats sont situées sur l'enceinte la mieux conservée à l'Est.

Marseille, Oppidum de Saint-MarcelMarseille, Oppidum de Saint-MarcelMarseille, Oppidum de Saint-Marcel
Marseille, Oppidum de Saint-MarcelMarseille, Oppidum de Saint-MarcelMarseille, Oppidum de Saint-Marcel

Des traces d'habitats sont aussi visibles au Nord, mais les quelques fouilles ont permis de découvrir un habitat plus grand et surtout de grandes quantités d'objets montrant que celui-ci était plutôt occupé par des artisans et n'étaient pas des habitats de vie.

Marseille, Oppidum de Saint-MarcelMarseille, Oppidum de Saint-MarcelMarseille, Oppidum de Saint-Marcel
Marseille, Oppidum de Saint-MarcelMarseille, Oppidum de Saint-MarcelMarseille, Oppidum de Saint-Marcel

Le site est définitivement abandonné vers la fin du IIème siècle av. J.-C.

La plus grande partie du site est propriété de la ville de Marseille, mais faute de moyens, les fouilles sont arrêtées depuis 20 ans au moins.

A l'Est, impossible de voir le mur qui borde une propriété privée, très belle par ailleurs, qui aurait pu prêter un ou deux mètres pour laisser passer les quelques visiteurs et les chercheurs, mais la propriété, très grande….Non, perdre un ou deux mètres aurait été trop dur pour l'actuel habitant.

Cette exclusion d'un aspect important de ce site en fait une visite qui nous a fait rester sur notre faim…Déçus en somme.

D'autant plus que cette visite était animée par des responsables historiens de la Ville de Marseille dont l'une n'a eu de cesse de nous parler des peuples ayant habités cet oppidum, parfois nommés gaulois, d'autres fois celto-ligures.

Or on sait parfaitement que la région, devenue la Provence ensuite, est fortement marquée, y compris dans sa langue, par le celto-ligure, bien différent du gaulois même si, d'origine, les gaulois sont celtes, mais pas celto-ligures.

Malgré cela, notre retour nous permettra d'observer le soir un coucher de soleil superbe.

Marseille, Oppidum de Saint-MarcelMarseille, Oppidum de Saint-MarcelMarseille, Oppidum de Saint-Marcel
Tag(s) : #Ma Provence

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :